Connectez-vous
Tahiti Manava

Présentation et Réservation des hébergements et hôtellerie à dimension familiale sur Tahiti


Le développement durable et le tourisme


Un séminaire de 5 jours axé sur le tourisme durable et la gestion intégrée des zones côtières dans le pacifique vient d'avoir lieu à Papeete du mardi 24 au 27 février 2015.



A  l’origine de ce séminaire : le CPS (Secrétariat général de la Communauté du Pacifique) qui est le maître d'oeuvre du programme INTEGRE (initiative des territoires pour la gestion régionale de l’environnement).

Le maître d'ouvrage est la Polynésie Française et ce programme financé par le fond européen (1,4 milliard de XPF) vise à promouvoir la mise sur pied d’une Gestion Intégrée des Zones Côtières* dans les pays et territoires de la région pacifique (GIZC).
 

 

* Gestion Intégrée des Zones Côtières : face aux pressions croissantes sur les littoraux des îles du Pacifique, la GIZC apporte une réponse aux enjeux de développement durable en recherchant un équilibre entre aménagements, usages et préservation des milieux naturels. Il s'agit de poser un regard global sur l'espace littoral "de la montagne au récif" et de croiser les visions sectorielles (économiques, environnementales, sociales, culturelles, scientifiques). Sa mise en oeuvre explore de nouvelles formes de gouvernance en privilégiant les approches participatives. 

Comme les autres ateliers techniques INTEGRE (2 autres seront organisés), ce séminaire visait à:
- à ouvrir à des échanges donc une mise en réseau entre chacun, à élaborer un cadre méthodologique et donner un appui aux territoires,
- à coordonner des activités afin d’étudier la mise en place du projet GIZC sur neuf sites définis présentant des enjeux écologiques et sociaux importants.                

Les objectifs du projet INTEGRE:
 améliorer la gestion et la valorisation durables de l’environnement au bénéfice des populations
 promouvoir la GIZC auprès des institutions, des populations et des partenaires régionaux
 renforcer la coopération régionale dans le domaine du développement durable

 

Une liste d'invités très variée:
Des élus, des acteurs du service publique, des experts, des scientifiques, des représentants du Secrétariat général de la Communauté du Pacifique (CPS), des professionnels du tourisme,  ont amené différents savoir-faire  donc un large choix de nouvelles idées.
Australie, Nouvelle Zélande, Fidji, Polynésie française, Nouvelle Calédonie, Wallis et Futuna, Pitcairn, France ... beaucoup de représentants de pays ou PTOM (Pays ou Territoires d'Outre Mer) du pacifique étaient au rendez vous.



 


 
Pour associer développement durable et tourisme, 12 critères qualifiés d'objectifs au niveau environnemental, social et économiqusont présents :





 

Le développement durable et le tourisme
La viabilité économique: s'assurer d'une continuité et compétitivité des destination et entreprises touristiques. Son but: pouvoir prospérer et produire des bénéfices sur le long terme.

Le développement durable et le tourisme
Le développement local: maximiser la contribution du tourisme à la prospérité de la destination d'accueil, donc aussi la proportion de dépenses touristique retenue localement.

Le développement durable et le tourisme
La qualité de l'emploi: augmenter le nombre et la qualité d'emplois locaux créés par le tourisme, ce qui comprend les salaires, les conditions de travail et lutte contre les discriminations.

Le développement durable et le tourisme
L'équité sociale: Recherche d'une distribution large des bénéfices économiques et sociaux du tourisme au sein de la population d'accueil dont l'amélioration des opportunités, de l'emploi et des services pour les plus pauvres.

Le développement durable et le tourisme
La satisfaction des visiteurs: procurer une expérience enrichissante, satisfaisante et sûre aux visiteurs, sans discrimination.

Le développement durable et le tourisme
Contrôle local du développement: impliquer et renforcer les populations locales dans la planification et la prise de décision sur la gestion et le développement futur du tourisme dans leur région, en partenariat avec les autres acteurs.

Le développement durable et le tourisme
Bien être des population locales: maintenir et renforcer la qualité de vie des populations locales: structures sociales, accès aux ressources, aménités, services publics, nuisances…

Le développement durable et le tourisme
Richesse culturelle: respecter et améliorer le patrimoine historique, les cultures, les traditions et la spécificité des communautés d'accueil. Exemple: le Marae à Raiatea (lieu sacré). ou même le festival Matavaa aux îles Marquises.

Le développement durable et le tourisme

Intégrité physique: maintenir et améliorer la qualité des paysages, ruraux et urbains, et éviter la dégradation physique et visuelle de l’environnement.

Le développement durable et le tourisme




Diversité biologique: appuyer la conservation des espaces naturels, des habitats et des espèces, et minimiser les impacts.

Le développement durable et le tourisme




Efficacité dans l'utilisation des ressources: minimiser l’usage des ressources rares et non renouvelables dans le développement et la gestion des équipements et services touristiques. Exemple l'innovation des bateaux solaires.

Le développement durable et le tourisme



Qualité de l'environnement: minimiser la pollution de l’air, de l’eau et des sols, ainsi que la production de déchets des entreprises et des visiteurs.  

La manière d'intégrer ces concepts pour la petite hôtellerie familiale peut être la mise en place d'un label

Deux labels principaux ont été présentés pendant le séminaire, le label EarthCheck porté  par l'entreprise Fenua Environnement et le label clé verte porté par la CCISM de Papeete.

Un rappel nous a été fait de la multitude de labels orientés développement durable existant déjà :
 

 
La difficulté vis à vis de ce très grand nombre de label est de choisir celui qui va le mieux nous convenir.
Nous avons la chance d'avoir deux des principaux labels représentés en Polynésie Française.
Le service du tourisme lors du séminaire a rappelé qu'il pouvait subventionner la première année d'adhésion à un label.
La chambre de commerce prend en charge le premier audit pour le label clé verte.

Il est à noter qu'un nouveau rentrant risque de bouleverser entièrement le marché : Tripadvisor met en place un label ! Il n'est pas encore valable en Polynésie Française, mais il fonctionne déjà sur l'Australie et la Nouvelle Zélande.


Ces ateliers vécus serviront de premier repère pour débuter ou se développer dans le domaine du tourisme durable; domaine en constante évolution.
En fin d'année, l'équipe INTEGRE sollicitera à nouveau les participants afin de faire le point sur les bénéfices issus de ce séminaire, au-delà des 9 sites directement suivis par le projet.
En 2016 et 2017, INTEGRE organisera deux autres ateliers, l'un à Wallis et Futuna, l'autre en Nouvelle-Calédonie, sur des thèmes différents, mais en puissant dans les enseignements issus de celui-ci.


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 6 Décembre 2017 - 08:23 Les marées quasi uniques au monde de Tahiti

Mardi 10 Octobre 2017 - 11:36 Le tourisme sera durable ou ne sera pas

Mardi 13 Juin 2017 - 10:59 La durée de vie des déchets


Recherche
Partager ce site